CHERS SPECTATEURS,

Après Tchekhov (2017), Anouilh (2018) et Lorca (2019), notre compagnie a choisi de présenter -en 2022- une des œuvres phares de Hugo Von Hofmannsthal, chef-d’œuvre du répertoire dramatique Allemand du XXᵉ siècle et source d’inspiration des opéras de Richard Strauss. Il l’écrit dans la foulée de sa découverte de Freud qui révolutionne alors le regard porté sur l’être et ses démons. Il tranche dans le vif et se concentre sur un trio, dont les résonnances humanistes et émotionnelles de vie font intensément écho à l’actualité sociétale.

Mise en scène par Alexandre Païta

Mars & Avril 2022, au Théâtre des Grottes, Genève

Elektra 2022

Après Tchekhov (2017), Anouilh (2018) et Lorca (2019), notre compagnie a choisi de présenter, cette année, une des œuvres phares de Hugo Von Hofmannsthal, chef d’œuvre du répertoire dramatique Allemand du XXème siècle et source d’inspiration des opéras de Richard Strauss.

C’est en plein cœur de la mythologie grecque que l’acteur et metteur en scène Alexandre Païta nous emmène avec cette pièce Elektra de Hugo Von Hofmannsthal d’après Sophocle. La vengeance d’une fille et de son frère sur leur mère et beau-père, assassins de leur père Agamemnon. C’est la peine, la haine, l’hystérie et la douleur qui les entraîneront sur la pente glissante de la vengeance.

Electre, privée de son père par sa propre mère attend impatiemment le retour de son frère Oreste. Ils correspondent afin de planifier leur vengeance. Oreste lui-même, avait fait croire à tout le peuple qu’il était mort lors d’une course de chars. Il arrive devant Electre qui, incapable de le reconnaître, fond en larmes sur l’urne contenant les cendres de son père. Elle est en proie au plus profond désespoir. Oreste se découvre à elle et lui fait part de son plan de vengeance…

 

Hugo von Hofmannsthal

Écrit Elektra dans la foulée de sa découverte de Freud qui révolutionne alors le regard porté sur l’être et ses démons. Il tranche dans le vif et se concentre sur un trio, dont les résonnances humanistes et émotionnelles de vie font intensément écho à l’actualité sociétale.

Hugo von Hofmannsthal est issu d’une famille noble d’origine partiellement juive du côté paternel, dont la fortune a été fortement réduite à la suite de la crise économique de 1873. Il publie ses premiers poèmes à l’âge de seize ans sous le pseudonyme de Loris.

Hofmannsthal rencontre le poète allemand Stefan George à dix­ sept ans et voit ses poèmes paraître dans la revue les Blätter für die Kunst, (Les Feuilles pour l’Art). À partir de 1892, il suit des études de droit tout en publiant la même année un drame lyriqur (La Mort du Titien) et un an plus tard Der (Le Fou et la Mort).

A sa sortie de l’université en 1901,Hofmannsthal renonce à soutenir une thèse (pourtant écrite) sur Victor Hugo et choisit de poursuivre sa carrière littéraire déjà bien entamée. Sous l’influence des nouvelles techniques de psychanalyse de Freud et des écrits de Nietzsche, il va désormais se
concentrer sur des thèmes antiques, élisabéthains ou de la tradition catholique. Sa nouvelle, La lettre de Lord Chandos, peut être vue comme un écrit précurseur de la littérature existentialiste, et ce bien avant La nausée de Sartre.

Alexandre Païta

Avec Elektra, Alexandre Païta prolonge sa réflexion sur la solitude et l’honneur en exposant à la lumière crue les antagonismes thématiques qui lui sont chers : oppression sociale et révolte, autorité et liberté, passion et morale. Dans sa mise en scène, Alexandre Païta attise la puissance explosive des passions à travers l’interprétation tendue de ses acteurs et actrices et l’immersion totale du spectateur dans l’intimité forcée et étouffante imaginée par l’auteur.

***

Alexandre Païta dans une mise en scène au cordeau, servi par des comédiennes impliquées et formidables de talent, exacerbe une atmosphère irrespirable, toxique, née de la tradition délétère. Ce premier degré, violent et pédagogique, surdétermine le sentiment de finitude, d’impasse et de mort. Tout sauf le déshonneur, la mort n’est rien à côté de la non-soumission aux apparences !

Max Trébosc, Journaliste
sur La Maison de Bernarda Alba, Radio Clapas, juin 2021

***

Avec son interprétation, l’acteur et metteur en scène franco-argentin installe au milieu de nous le mystère de la poésie pure de Baudelaire.

Illuminé et possédé par Baudelaire, M.Païta a reçu une profonde impression de la lecture de Les Fleurs du Mal. Ila été si profondément touché par Baudelaire qu’il a fait une sorte d’appropriation, le considérant comme son propre bien. On sait que l’homme s’approprie de ce que lui semble, comme si fait pour lui et on suppose que ces vers sont faits pour la voix sombre et gutturale de M. Païta.

Ana Rocha
Ecrivaine et journaliste
Lisbonne

Studio Théâtre

Compagnie

Alexandre Païta

Fondé en 2009 par Anne Ducat et Alexandre Païta, Le STUDIO THÉÂTRE est aujourd’hui une école de Théâtre reconnue à Genève.
Tel un voyage au travers de la comédie, du drame et de la clownerie, il vous amène à explorer l’expression sous ses diverses facettes pour toucher l’acte créateur théâtral, authentiquement, émotionnellement et puissamment.
Le STUDIO THÉÂTRE s’adresse aux acteurs désireux de développer leur pratique artistique. Il est aussi destiné aux personnes qui ont le désir de magnifier l’expression, sur scène ou dans leur vie.

Alexandre Païta

Le travail au Studio Théâtre consiste à partager avec vous les valeurs que je porte au Théâtre, celui où l’on danse, on chante et on rit.
Celui où l’on tue, on pleure, là où se reflète toute notre misère humaine. En somme l’art d’être vrai.

Le théâtre, quelle aventure ! Combien de talents ont tout donné pour cet art de la scène incomparable.
Cet art majeur a permis aux innombrables générations que le monde a portées, de rire, de pleurer, d’apprendre et de comprendre. Dans ce monde où l’obscurité s’impose et dépose sur nos âmes une poussière de tristesse, dans cette civilisation qui célèbre l’ignorance, la médiocrité et les artifices, le Théâtre est un rempart.

Valeurs, intelligence et vérité trouvent ici un refuge. Gardien de notre histoire, cet art vivant est une lampe posée dans l’obscurité. Racine, Molière, Maria Casarès, Louis Jouvet et Lawrence Olivier ensemble avec Sophocle, Euripide et Shakespeare nous parlent à travers le temps. Aujourd’hui à moi, à vous. Demain à vos enfants et petits-enfants.

L’art de la scène se mérite, se travaille. Il s’apprivoise, exige une mise à nu. C’est un doux mélange de souffrance et de plaisir.

Là où il y aura une once d’humanité, le Théâtre ne sera pas loin.

Studio Théâtre

La Philosophie du Studio Théâtre

Je veux que les personnages de mes pièces hissent leur âme à la surface de leur peau. Je veux que leur vie intérieure naisse et soit portée dans chaque geste, dans chaque parole et dans chaque silence.

Daniel Keene

Le travail d’interprétation est similaire au processus qui amène à passer du bloc de marbre à la sculpture. En effet, il s’agit d’enlever le superflu afin de laisser émerger la vérité, l’authenticité.

Il ne s’agit pas pour l’acteur de sur-jouer, d’être superficiel et seulement cérébral. Il s’agit pour lui d’interpréter avec cœur, avec émotion, avec grandeur et noblesse sinon comment pourrait-il donner au public cette part de lui, cette authenticité qui appartient au personnage.

Ensemble, rendons le froid chaud et le chaud sobre et sincère.

Alexandre Païta

Dans une époque informatisée au paroxysme, où le consommateur d’images s’apparente de plus en plus à une foule solitaire où les maîtres de la technologie n’ont jamais autant parlé de communication, je crois que le Théâtre est une des dernières expériences qui soit encore proposée à l’homme pour être reçue collectivement.
Et l’acteur de Théâtre est le magicien de cette expérience….

Laurent TERZIEFF
(cérémonie des césars 5 avril 1993)

Alexandre Païta sait unir sensibilité et précision. Il s’attache non seulement à la qualité émotionnelle de l’interprétation mais également à sa précision. Pour cela il va chercher chaque détail en guidant l’interprète. Chaque inflexion de voix, chaque mouvement de tête, chaque regard est travaillé, et Païta est d’une extrême attention.
Il est lui même totalement imprégné de la scène et du rôle, il se place soit très près de son acteur, lui parlant, lui expliquant, lui faisant ressentir où il doit aller, soit il se tient plus loin à la façon d’un chef d’orchestre, et donne des indications sur l’intensité ou les mouvements vers lesquels aller.
Sa façon de percevoir l’art dramatique part d’une profonde sensibilité et d’une aptitude particulière à vibrer avec l’auteur, un texte, et l’Essence de ces derniers, et avec la Vie.

Il s’agit d’un talent inné et d’une technique élaborée par Païta, avec passion et conviction. Ce dernier a longtemps travaillé sur lui-même pour être capable de faire vibrer sa propre matière psychique en incarnant divers rôles, devenant ainsi capable d’animer (au sens littéral du therme: donner une âme, un souffle de vie) ses personnages et faire vibrer le spectateur en retour. C’est ce qui fait de lui un “acteur-créateur” qui rend ses personnages vivants.

Yannik DIDELOT

Les Formations

du Studio Théâtre

Tous nos professeurs ci-dessous ont enseigné ou enseignent leur art dans la formation du Studio Théâtre.
Nous les remercions pour leur motivation à transmettre leur passion à nos étudiants.

Antonio
   Gomez

Daniela
     Morina

Rachel
     Duc

Sonia
   Vieira

Fabio
  Ferretti

Lara
    Araújo

Pierre-Etienne
       Gschwind

Coralie
    Callegari

Laura
    Denis

Iman
    Karam

Milene
    Homsy

Magaly
   Danemark

Maria
     Travagli

Olivier
      Garnier

Alexia
    Willemen

Boris
  Sacovitsch

Nicole
    Martinez

Contact

Demande D’information

Studio Théâtre et Association Théâtre Alexandre Païta

Share This