Beethoven Sonates & Lettres

beethoven-diapo00

cequevousetes

beethoven-diapo01

beethoven-diapo02

beethoven-diapo03

beethoven-diapo04

 

PRESENTATION

 

Alexandre PaÏta, acteur connu depuis bien des années pour sa fougue et son tempérament enflammé et la passion qu”il met dans ses interprétations (spécialement avec Shakespaere) et Mélodie Zhao, pianiste de 20 ans, collaborent dans un projet original et ambitieux le 26 avril 2015 au Théâtre de la Madeleine : réaliser un portrait de Beethoven à travers ses Sonates pour piano quelques-unes de ses lettres.

Beethoven, musicien qui marqua l”Histoire de la musique et influença tous les compositeurs qui le suivirent, mais aussi grand homme prêcheur de l’humanité, est souvent associé à un « sale » caractère, fougueux, arrogant, presque agressif malgré son bon fond et sa foi… Nous aimerions pourtant, à travers ses propres écrits, dépeindre l”infinie tendresse du personnage, qui transparaît indéniablement à travers ses oeuvres.

Les deux interprètes sus-mentionnés ont été intéressés d’emblée par ce projet grâce à sa consistance et son originalité. En effet, la majorité des pages de musique et de texte que l”on entendra lors de ce concert-spectacle sera issue d’un écrit original de Beethoven. Quelques lignes fondées sur des faits prouvés, et rédigées pour l”occasion viendront compléter la musique pour retracer quelques faits de la vie du personnage.

L‘association de ces deux artistes est d”autant plus intéressante au vu de leur âge – partage entre l”expérience d”une longue carrière et la fougue de la jeunesse – et de la fusion des deux mondes de la musique et du théâtre dans l”univers d”un même personnage. Alexandre Païta, directeur et fondateur du Studio Théâtre en résidence dans ce Théâtre perpétue avec ce spectacle sa tradition de marier Théâtre et Musique. Mélodie Zhao qui vient d”enregistrer les 32 Sonates de Beethoven, resserre toujours davantage ses liens étroits avec le compositeur.

Alexandre PAÏTA

Originaire de Buenos Aires (Argentine), Alexandre Païta vit à Genève depuis 1971.
Baigné dans un univers artistique depuis sa naissance, son père étant chef d’orchestre, c’est très tôt que lui vient l’envie de faire du Théâtre. Tout commence par des rôles de figurant dans plusieurs opéras au Grand Théâtre de Genève (Othello, Tiirandot) mais aussi à la TSR (Les Dessous du ciel).
Après 4 ans passés au Conservatoire d’Art Dramatique de Genève il se perfectionnera par différents stages, avec les Mummenschanz pour les mimes et montera à Paris pour suivre les cours Simone Rapin, sociétaire de la Comédie Française, pendant 2 ans. Enfin, très attiré par son auteur fétiche (Shakespeare), il fera un long stage à la Shakespeare Company (UK).

En 2009 il Fonde avec Anne Ducat le Studio Théâtre dont il est le directeur artistique. Il y propose une formation professionnelle aujourd’hui suivie par plus de 350 élèves.
Sans tourner le dos au Théâtre, il fait du cinéma, en 2011, où il tourne avec le réalisateur Jean-Luc Godard dans le film Adieu au langage, prix du Jury du Festival de Cannes 2014 et Best Picture Award aux USA.

En 2012/2013 sa propre compagnie monte Le Roi Lear cle Shakespeare au Théâtre de la Madeleine. Il tient le rôle de Lear. En 2013, Alexandre Païta Fait appel au metteur en scène Jean-Pierre Raffelli pour mettre en scène un spectacle intitulé ” Nos Chers Aimés », qui sera ensuite repris en 2014 en forme d’hommage aux trois poètes Roud, Cingria et Ramuz.
Pour commémorer le 450e anniversaire de la naissance de William Shakespeare, il monte en août 2014 un spectacle intitulé « Du Studio au Théâtre, Du Songe d’une nuit d’été à La Tempête ». Deux mois plus tard, le Studio Théâtre présente Richard III de Shakespeare avec Alexandre Païta, dans le rôle titre, dans une mise en scène de Jean-Pierre Raffaélli, co-fondateur du Théâtre de La Criée à Marseille. En octobre et novembre 2015, le Studio Théâtre montera une création autour de Molière, Le Médecin Volant et Le Médecin malgré lui, dans une mise en scène d’Alexandre Païta.
Le 24 janvier 2015, il est invité à parler du dernier film de Jean-Luc Godard à la FNAC Rive de Genève. Il est également invité au Salon du Livre de Genève, de Saint-Louis en Alsace et de Paris pour y donner le Requiem de Roud, accompagné par Baudelaire, Rimbaud, etc.

“Les méthodes de l’Actor’s Studio et celle de Chekhov aux USA, ainsi que celle de Stanislavski à Moscou ont contribué à développer sa formation d’acteur et à renforcer sa passion pour l’expression et la psychologie de l’individu. Sa façon de percevoir l’art dramatique c’est d’être capable de faire vibrer sa propre matière psychique en incarnant divers rôles, devenant ainsi capable d’ « animer » (au sens littéral du terme : donner une âme, un souffle de vie) à ses personnages et faire vibrer le spectateur en retour. C’est ce qui fait de lui un « acteur-créateur » qui rend ses personnages vivants. Alexandre Paita ambitionne ainsi de transmettre à la future génération mais également aux acteurs accomplis, non seulement son savoir, son vécu d’interprète, d’acteur, mais aussi et surtout le feu sacré qui l’anime dans l’exercice de son art” (Yannick Didelot, 2011).

“Je recherche avant tout l’émotion au théâtre, le partage avec le public, j’essaie d’apporter quelque chose de nouveau dans l’interprétation!”(L’Agenda, 2014)

 

MÉLODIE ZHAO

Pianiste suisse d’origine chinoise, Mélodie Zhao naît en Gruyère en 1994. Sa grand-mère, ballerine et chorégraphe, lui donne ses premières leçons de piano, tandis que son grand-père, chef d’orchestre, l’initie aux théories musicales. À 3 ans, elle commence l’apprentissage du piano à Pékin. Six ans plus tard, elle entre au Conservatoire de Genève chez Mayumi Balet-Kameda. Depuis 2007, elle suit des cours auprès de Pascal Devoyon, d’abord à la Haute Ecole de Musique de Genève, puis à l’Université des Arts de Berlin. Tout au long de sa vie musicale, Mélodie bénéficie du coaching particulier de son père, violoniste-pédagogue, jouant un rôle clé dans son évolution pianistique et artistique.

Les prix lui sont familiers : entre 2009 et 2011, Mélodie est nommée « Soliste du Pour-cent culturel Migros », puis en 2012, reçoit une bourse Leenaards. En 2009, lors de son titre de Bachelor à la HEM de Genève, elle obtient le Prix François Dumont pour la meilleure interprétation d’une Sonate de Beethoven, puis en 2011, parallèlement à son diplôme de Master, elle décroche les prix Georges Filipinetti en tant que meilleure étudiante en fin d’étude, et Carola Pajonk pour sa haute et fine musicalité.

À 6 ans, Mélodie fait sa première apparition publique. À 10 ans, elle donne son premier récital solo, et fait ses débuts en tant que soliste. Depuis, elle travaille régulièrement avec des ensembles tels que l’Orchestre de la Suisse Romande, l’Orchestre Philharmonique de Shanghai, l’Orchestre de Chambre de Lausanne, l’Orchestre de Chambre de Zurich, la Camerata Schweiz, l’Orchestre Symphonique de Chine, l’Orchestre du Ballet National de Chine, l’Orchestre de l’Opéra National de Lituanie, l’Orchestre Symphonique Genevois, l’Orchestre Symphonique russe de Belgorod etc.

Elle se produit régulièrement dans des festivals et séries de concerts comme les Sommets musicaux de Gstaad, Zermatt Festival, Zurich Tonhalle Gesellschaft, Tournées Migros-Classics, Bratislava Music Festival, Budapest Festival, Davos Festival, Zurich Festival…

À 13 ans, Mélodie sort son premier disque avec les 24 Études de Chopin, puis à 16 ans, enregistre les 12 Études d’exécution transcendante de Liszt sous le label Claves. En 2014, la même maison de disques produit son intégrale des 32 Sonates de Beethoven, puis en 2015, ses 2 premiers Concertos pour piano de Tchaïkovsky avec l’Orchestre de la Suisse Romande sous la direction de Michail Jurowski.

À 15 ans, elle compose son premier opus pour piano solo, la Sonate « Sources » inspirée d’un paysage aquatique chinois. Cette œuvre est présentée en avril 2010 au Festival de Jinan en Chine, et reçoit peu après une standing ovation lors de sa première européenne officielle à Lausanne. En 2013, elle se lance dans différents projets de composition pour orchestre, dont plusieurs commandes. Elle approfondit l’écriture et l’orchestration avec Pr Jean-Claude Schlaepfer à Genève et Nicolas Bacri à Paris et Bruxelles.

Mélodie dirige régulièrement des formations symphoniques depuis 2013. Elle travaille la direction avec Mischa Damev à Zurich et Yi Zhang à Pékin. Elle est invitée par l’atelier de danse lausannois Rudra Béjart à diriger un ballet en avril 2016.

Share This